a
HomeSociétéVoici Ce que ressent Paul Biya après la lettre de Sisiku Ayuk Tabe et Cie

Voici Ce que ressent Paul Biya après la lettre de Sisiku Ayuk Tabe et Cie

Voici Ce que ressent Paul Biya après la lettre de Sisiku Ayuk Tabe et Cie

Voici Ce que ressent Paul Biya après la lettre de Sisiku Ayuk Tabe et Cie

Sisiku Ayuk Tabe Julius, le virtuel président de la République fédérale d’Ambazonia, et neuf autres personnes figurent parmi les douze personnes arrêtées à Nera, un hôtel à Abuja, au Nigeria, le vendredi 5 janvier 2018. Elles seraient ensuite extradées vers Yaoundé , un acte qualifié d’illégal.

Ils sont accusés d’avoir alimenté un conflit armé qui a éclaté dans les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Ils ont tous dénoncé leur nationalité camerounaise, insistant sur le fait qu’ils sont du sud du Cameroun, alias Ambazonia, une nouvelle nation autoproclamée.

La Haute Cour fédérale d’Abuja au Nigéria, le vendredi 1er mars 2019, a rendu un jugement décisif dans une affaire opposant le gouvernement nigérian et le tribunal dans lequel, entre autres, le juge a ordonné leur renvoi au Nigéria, décrivant leur déportation comme illégale.

Quelques jours plus tard, ils ont écrit contre toute attente une lettre contraignante bien qu’ils soient toujours détenus à Kondegui, un centre de détention situé à Yaoundé, la capitale camerounaise. Vous trouverez ci-dessous le texte intégral de la lettre de trois pages intitulée «Protocole relatif à la liberté d’Ambazonia» datée du 28 février 2019;

“Préambule

Au nom du peuple du Cameroun britannique du Sud (Ambazonia), tous ceux qui, par accident de l’Histoire, ont des racines ancestrales sur le territoire, des rives de la baie d’Ambas sur la côte atlantique de Bimbia au sud aux rives de la rivière Akon en le Nord, ou qui, sans intention criminelle ni préjugé à l’égard des communautés de la région, choisissent de faire partie des communautés de ce territoire.

À notre génération et au reste de l’humanité, nous prenons cet engagement solennel aujourd’hui.

1) Nous rassemblerons et lierons les morceaux de nos communautés mutilées par la traite négrière, défigurées par le colonialisme et battues par le néocolonialisme.

2) Nous allons, comme tous les autres peuples pour qui l’accident de l’Histoire a créé le cadre juridique international permettant d’exister en tant que peuple indépendant, exercer pleinement son droit à l’indépendance, conscients de nos expériences passées sans préjudice.

3) Nous nous excusons auprès des femmes pour la façon honteuse dont l’humanité les a traitées pendant la plus grande partie de l’Histoire de l’Humanité, et nous nous engageons à respecter sans réserve les femmes.

4) Nous nous excusons pour la marginalisation et les mauvais traitements infligés aux communautés minoritaires dans la plupart des sociétés de l’Histoire de l’Humanité et nous nous engageons à respecter le principe d’égalité et de respect absolus sans aucune qualification pour tous les handicapés et pour toute autre minorité d’individus ou de groupes.

5) Nous nous excusons auprès de ceux qui ont été maltraités et blessés physiquement, mentalement et émotionnellement par le tribalisme et nous nous engageons à une égalité totale et au respect sans qualification pour toutes les tribus et toutes les cultures.

6) Nous sommes conscients de la richesse et de l’avancement de la qualité de vie d’une société lorsque le travail de tous les individus est valorisé équitablement et encouragé, ainsi que la sagesse tirée des contributions culturelles des communautés et des tribus.

7) Nous nous engageons à construire une société qui cultive la paix et l’harmonie par le respect des droits de l’homme et le partage équitable des riches ressources de notre terre. Nous travaillerons continuellement pour créer des voies de prospérité et de bien-être pour tous.

8) Nous nous engageons à participer résolument à la lutte panafricaine et à exprimer notre solidarité avec tous les peuples du monde qui luttent pour leur dignité contre le néo-colonialisme.

9) Nous avons fini d’être équilibrés d’un échiquier colonial à un autre et d’affirmer sans équivoque que cela ira de l’avant. pour Ambazonia, il s’agira de l’indépendance totale ou de la résistance pour toujours.

Direction signée d’Ambazonia en prison. ”

Il convient de noter que les deux régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont restées sous tension à la suite d’un conflit armé au cours duquel la majorité des anglophones demandent la création d’un État indépendant appelé Ambazonia.

Les milices anglophones se sont battues contre des soldats camerounais dans le mouvement qu’elles ont appelé; Auto défense. Au cours de ce processus, plusieurs personnes ont été tuées, d’autres déplacées, certaines emprisonnées, des centaines de maisons incendiées, entre autres.

La question à un million de dollars est; Que penserait Paul Biya, président du Cameroun depuis 1982, après avoir lu cette lettre, qu’il pourrait considérer comme «acrimonieux»? Avec cette lettre, il est clair que l’armée n’est pas une solution au conflit armé actuel, ont déclaré des experts politiques à National Telegraph.

Source: NationalTelepgraph.com

Source: cameroon-news.net

Share With:
Rate This Article

Site d'actualité camerounaise. Actualité camerounaise, africaine et internationale.

[email protected]

No Comments

Leave A Comment