a
HomeSociétéSérail: Voici pourquoi Ferdinand Ngoh Ngoh accuse Motaze et Likeng de haute trahison

Sérail: Voici pourquoi Ferdinand Ngoh Ngoh accuse Motaze et Likeng de haute trahison

Sérail: Voici pourquoi Ferdinand Ngoh Ngoh accuse Motaze et Likeng de haute trahison

Sérail: Voici pourquoi Ferdinand Ngoh Ngoh accuse Motaze et Likeng de haute trahison

Dans une correspondance adressée au ministre en charge du Contrôle Supérieur de l’Etat en décembre 2018, le ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh accuse l’actuel ministre des Finances, Louis Paul Motaze, d’avoir bradé le patrimoine du Cameroun.

Pour le quotidien Le Messager, «Ferdinand Ngoh Ngoh planifiait la chute de Motaze». C’est le titre en grande Une du journal de feu Puis Njawé ce 7 mars 2018. Notre confrère renseigne que, dans une note confidentielle adressée au ministre délégué à la Présidence en charge du Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE) en décembre 2018, Ferdinand Ngoh Ngoh, ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République (SGPR), charge plusieurs membres et anciens membres du gouvernement.

Ladite note, marquée du sceau confidentiel, a pour objet: «Urgence de l’intervention du Président de la République pour neutraliser les ministres des Finances Motaze Louis Paul et des Postes et Télécommunications Libom Li Likeng et de l’ancien ministre des Postes Biyiti Bi Essam pour haute trahison et intérêt dans un acte».

Dans cette note, le SGPR dit «répercuter les hautes directives du Chef de l’Etat». Il prescrit «au CONSUPE, par ailleurs destinataire de ce courrier, conjointement avec le ministre d’Etat, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, les ministres des Finances, des Postes et Télécommunications, le Délégué Général à la Sûreté Nationale (DGSN), le Secrétaire d’Etat auprès du ministre délégué à la Présidence chargé de la gendarmerie nationale et le directeur général de l’Agence de Régulations des Télécommunications (ART), ‘‘de mettre sur pied une équipe interministérielle, en vue d’auditer les concessions faites aux opérateurs de la téléphonie mobile indiqués en objet’’», lit-on dans Le Messager.

Ngoh Ngoh somme au passage, souligne le quotidien privé, le CONSUPE d’agir avec toute diligence. La note confidentielle souligne que «selon une source au Tribunal Criminel Spécial, le parquet général de cette juridiction d’exception cherche un moyen d’étouffer la dénonciation qui lui a été adressée 8 mai 2018 par le sieur Oundoua Ella Godfroid, ingénieur principal des travaux des télécommunications».

Les trois ministres incriminés, dit la note, «ont, dans une opération, contre nature, concernant le renouvellement des licences et l’attribution des licences 4G de MTN, Orange et NEXTELL, bradé de celles-ci faisant au passage à l’Etat des centaines de milliards de FCFA afin de préserver les intérêts mafieux au détriment de ceux de l’Etat. Et ce, en dépit des réserves pertinentes émises par les services techniques du ministère des Postes. Cette gigantesque entourloupe est susceptible d’engager entourloupe est susceptible d’engager la sécurité de l’Etat par ces temps de crise sécuritaire».

En conclusion, le SGPR suggère que le Chef de l’Etat ordonne la reprise à zéro des négociations, et que celles-ci soient encadrées par des représentants intègres de la Présidence, y compris du Directeur du Cabinet Civil.

Source: Cameroon-info.net

Source: cameroon-news.net

Share With:
Rate This Article

Site d'actualité camerounaise. Actualité camerounaise, africaine et internationale.

[email protected]

No Comments

Leave A Comment