a
HomeAutresActualitésCameroun – Année scolaire 2019: Les séparatistes empêchent la rentrée du troisième trimestre dans les villes de Buea et Limbé

Cameroun – Année scolaire 2019: Les séparatistes empêchent la rentrée du troisième trimestre dans les villes de Buea et Limbé

Cameroun – Année scolaire 2019: Les séparatistes empêchent la rentrée du troisième trimestre dans les villes de Buea et Limbé

Cameroun – Année scolaire 2019: Les séparatistes empêchent la rentrée du troisième trimestre dans les villes de Buea et Limbé

 
A cause des villes mortes en vigueur chaque lundi dans la région du Sud-Ouest, de nombreux élèves n’ont pas repris le chemin des classes ce 15 avril.

Comme leurs camarades des villes de Douala ou Yaoundé, les élèves des villes de Buea ou encore Limbé dans la région du Sud-Ouest n’ont pas repris le chemin des classes pour le compte du troisième trimestre de l’année scolaire, ce 15 avril.

Et pour cause, «le “Ghost Town” (villes mortes) instauré dans cette partie du pays tous les lundis par les combattants sécessionnistes a été respecté», soutient le quotidien le jour dans son édition en kiosque ce 16 avril 2019.

Les rues qui mènent aux différents établissements scolaires sont restées désertes. Pas l’ombre d’un apprenant en tenue. «Personne ne pouvait aller à l’école. On sait déjà que les lundis sont journées villes mortes. Tout est fermé à Buea. Lundi ici est comme un jour de week-end», déclare une habitante dans les colonnes du journal.

La rentrée du troisième trimestre devait être effective ce mardi 16 avril. Si les élèves reprennent effectivement le chemin des classes comme cela est attendu, «seules les écoles du centre-ville (Buea Town, Moliko, Bondouma…) déjà en activité avant les congés de pâque, sont susceptibles d’être ouvertes. Les établissements scolaires situés à Miles 16 et Muea n’ont pas ouvert les portes depuis belles lurettes», rapporte le journal d’Haman Mana.

D’après les informations recueillies par nos confrères, «avant le départ en congé, les apprenants étaient obligés de dissimuler leur tenue scolaire dans des sac de marché pour se rendre dans leur école». «Ils s’habillent parfois en tenue de champs et s’échangent une fois à l’école pour fuir toute répression. Les lundis, il n’y a pas classe. Ils vont à l’école le samedi pour rattraper cette journée-là», explique un habitant de Buea Town.

A Limbé également, la situation était identique. Personne n’a voulu prendre le risque de sortir. Ceci est relatif aux 10 jours de Ghost-Town (villes mortes) prescrits par les séparatistes. «Aujourd’hui, tout le monde est resté à la maison à cause du Ghost-Town. Il est censé prendre fin mardi. Mais il y a une rumeur qui dit que ça va s’étendre sur 10 jours de plus. On attend de voir si cela sera effectif avant d’envoyer les enfants à l’école.  Désormais dans les rues de la ville, c’est un climat de peur qui règne», témoigne un habitant de la ville dans les  colonnes du journal.

Source: actucameroun.com

Share With:
Rate This Article

Site d'actualité camerounaise. Actualité camerounaise, africaine et internationale.

[email protected]

No Comments

Leave A Comment